Comme il fallait s’y attendre, les députés ont voté ce jeudi 06 janvier la loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal. 

C’est lors d’un scrutin public que 214 députés ont voté pour et 93 contre. Mais là où les choses sont cocasses, c’est qu’en regardant attentivement les votants, on remarque que le député local n’a pas participé au vote. 

Détail du scrutin ici :http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/4279

Sur 22 scrutins publics (ceux où on voit qui vote) qui ont eu lieu sur ce texte à l’Assemblée Nationale, notre député n’a participé qu’à 1 seul. 

Pourtant tout le monde l’a entendu dire publiquement sa volonté d’appliquer le pass à Saint-Pierre et Miquelon. 

On s’est donc interrogé sur ce silence assourdissant de notre représentant LREM/CSA et voilà quelques hypothèses que nous vous soumettons :

  1. Frappé de lucidité , il a changé d’avis sur le pass ? Non, car dans cette hypothèse il aurait tout simplement voté contre comme l’a fait Olivier Serva, député LREM de guadeloupe et Président de la délégation outremer à l’Assemblée Nationale qui s’est clairement opposé au pass et à assumer ses positions.
  1. Il était absent et n’a pu participer au vote ? Peut-être mais même absent le scrutin public permet justement au président de chaque groupe politique de voter « électroniquement » pour tout le groupe si on donne les consignes de vote.
    D’ailleurs, par exemple le député Claireaux a voté le 03/01 contre la motion préalable de rejet présentée par l’opposition sur cette loi, par contre il n’a pas participé au vote visant à supprimer le pass sanitaire (contenu à l’article 1er de la loi).
    Il a donc clairement fait savoir qu’il ne souhaitait pas participer au vote sur le texte. Super courageux non ?  
  1. Il désapprouve et se désolidarise des propos du président macron qui veut « emmerder les non vaccinés » qu’il considère d’ailleurs comme des sous-citoyens ? Non, cette hypothèse n’est pas non plus crédible car le courage politique aurait été qu’il s’oppose au texte en votant contre. 
  1. Sa non participation peut-elle s’expliquer par le contexte électoral à Saint-Pierre et Miquelon de mars par exemple ?
    Depuis des jours, les réseaux sociaux se déchaînent contre le préfet, le gouvernement et les élus qui soutiennent la mise en place du pass dans l’Archipel.
    Nul doute que Cap sur l’avenir scrute tout cela et que l’ampleur du mouvement qui dépasse le clivage vacciné/non vaccinés, aura eu raison de son courage médiatique qui n’aurait que très bref.Depuis quelques jours un mouvement local trans-partisan s’est constitué contre le pass vaccinal notamment et il prend une ampleur que certains élus n’avaient pas mesurée, faute de sens avéré des réalités sur ce qui est en train de se passer dans notre petite communauté.
    Dans ce contexte, il est évident que la pression populaire locale aura sans doute poussée cap sur l’avenir (LREM)  à rétro-pédaler en s’éloignant discrètement du sujet « pass », même si il ne faut pas se faire d’illusion : ces gens-là ont bien demandé l’application du pass à l’Archipel et continueront de la demander, à moins que ? 

On pourra en tout cas saluer le sens des réalités électorales du député LREM local, qui, guidé plus par le sens du vent que par des convictions profondément ancrées, n’aura pas résisté longtemps aux oppositions locales, issues parfois de son propre camp politique. 

La mobilisation locale aura vite fait trembler  le député CSA/LREM. Sera-t-il seul à vaciller ? Connaissant le courage de certains, il est sûr que ses amis politiques vont commencer à réfléchir plus politiquement, en faisant une petite analyse des réactions diverses et variées. 

Quant à la ministre locale LREM, Annick Girardin présidente de cap sur l’avenir, inutile de dire qu’elle valide la mise en place du pass sanitaire et du pass vaccinal. Elle si rapide à parler de tous les sujets, elle est étrangement silencieuse. Elle a clairement laissée tomber son territoire qui est en train de se fracturer sur ces sujets avec une passivité inquiétante pour quelqu’un qui se dit proche de ses concitoyens.

Affaire à suivre donc.