CAP SUR L’AVENIR S’OPPOSE AU DESENCLAVEMENT DE L’ARCHIPEL PAR LES FERRIES

Lors de la séance officielle du mardi 18 juin, en s’opposant à ce que les ferries transportent du fret, le mouvement d’Annick Girardin laisse éclater au grand jour son opposition fondamentale au désenclavement de l’archipel par les ferries.

Cela va à l’encontre de leurs déclarations de campagne électorale selon lesquelles Cap sur l’Avenir était favorable à un ferry mais pas à deux.

Cap sur l’Avenir s’oppose donc de fait au transport par les ferries entre Saint-Pierre et Miquelon-Langlade :

– Des voitures,

– Du petit fret nécessaire pour compléter l’avitaillement de Miquelon-Langlade par les commerçants alors même qu’Archipel Demain a mis en place des tarifs pour favoriser les productions locales ou encore l’alimentaire en produits frais.

Le mouvement d’Annick Girardin, par choix idéologique, porte ainsi un coup dur au projet de développement de l’Archipel par les ferries et ce contrairement à certains discours officiels séduisants.